Guy Luisier

  • Image du destin de l'homme qui se détourne de Dieu et revient à lui, la parabole du Fils prodigue s'achève, dans l'Evangile, sur une porte ouverte... et continue dans la vie de chacun. Le Fils est rentré à la Maison... Le pardon a été donné et il faut continuer à vivre avec ce passé qui ne s'oublie pas, avec ce Père proche et aimant, avec ce frère lointain et froid. En jouant sur de nombreux thèmes bibliques et existentiels, ce " roman " fouille l'univers intime de ce Fils revenu, explore les difficultés relationnelles entre ces trois " écorchés vifs " et propose un chemin pour que désormais les liens douloureux qui unissent les deux frères (comme ceux qui unissent chacun des humains) ne les conduisent pas en enfer.

  • Tout le monde connaît la parabole biblique du bon Samaritain (Lc 10,25-37) : un voyageur prend en charge un blessé trouvé sur la route et l'apporte à un aubergiste pour qu'il soit soigné.
    Mais comment cette histoire finit-elle ? Quand finira-t-elle ? La parabole reste en suspens.
    Jésus, le Seigneur-Samaritain, a confié l'humanité malade à l'Auberge-Église et s'en est allé, laissant quelques petits moyens pour soigner le blessé et promettant de revenir.
    Seulement il se fait attendre. Et le blessé n'est pas toujours commode à soigner ; les choses changent ; l'auberge connaît des hauts et des bas, se transforme et suit tant bien que mal les évolutions du monde dont elle fait partie. Jusqu'à quand ?
    Subtilement, derrière les aventures de cette auberge, de ses tenanciers, de ses hôtes et de ses voisins, racontées tout au long des différentes lettres que l'aubergiste envoie au Seigneur-Samaritain, on peut lire quelques traits de l'histoire de l'Église (le temps des débuts, le temps des martyrs, le temps du triomphe, le temps des évolutions, des révolutions et des effacements.).
    Mais chacune de ces lettres parle surtout d'une relation profonde issue d'une rencontre improbable entre un Dieu-voyageur et un aubergiste un peu perdu.
    Une réflexion poétique sur l'Église et son histoire.

  • Empire romain, au tournant des 3e et 4e siecles apres J--]C.
    Le soldat Kandide, un lettre paien, philosophe et sensible, est amoureux de la soeur de Maurice, un officier chretien, a la personnalite attirante et mysterieuse.
    Les deux soldats sont partis de Thebes dfEgypte defendre la frontiere occidentale de lfEmpire.
    A travers les lettres que Kandide envoie a sa belle Thebaine, on voit se tisser entre les deux hommes, si differents au premier abord et si proches dans le fond, une amitie de plus en plus profonde, jusqufa la crise finale.
    Ce roman raconte le martyre de saint Maurice et de ses compagnons.
    Il essaie de faire pour notre temps ce qufont fait differents recits antiques et medievaux, notamment les Passions des Martyrs dfAgaune, dont des extraits se trouvent en annexes.

  • Parti au Congo, en Afrique, il ya plusieurs mois deja pour une fondation religieuse chapeautee par lfAbbaye de Saint--]Maurice, le chanoine Guy Luisier y vit une experience extraordinaire, doublee dfune aventure dfecriture elle aussi fantastique.
    En effet, il tient un blog, qui plait par son ton, par son exotisme, par sa reflexion, par son humour et quelquefois aussi par sa profondeur et son recul.
    Il sfagit du recit dfune aventure speciale et dfune reflexion pratique sur la mission dans lfEglise et le contact entre les peuples et les cultures.

  • Qui connaît le Kasaï ? Pas grand monde. Le Kasaï est une région du centre de la République démocratique du Congo. Au centre oui, au centre de l'Afrique oui, mais loin de tout et de tout le monde. Les politiques restent à l'Ouest, à Kin et Brazza, les deux capitales soeurs et concurrentes, de part et d'autre du grand fleuve...
    Grand comme la Pologne et peuplé comme le Sénégal, le Kasaï pourrait être un vrai pays, avec une culture racée, une magnifique langue sonore et de multiples idiômes chantant. Un peuple qui regarde de haut tous les autres à l'entour mais que personne ne regarde.
    Une histoire complexe : rattaché au Congo belge, il a tenté la sécession dans les années 60, mais sans succès. Depuis, il boude la République démocratique du Congo. Mais qui s'en soucie ?
    C'est là que vit le chanoine suisse Guy Luisier. Depuis plusieurs années.
    Depuis le printemps 2016, cette belle région faite de collines et de villages de cases en chaume, a été rattrapée par la fureur de la vie et de la mort. Elle fait désormais face à un début de guerre. Même les chrétiens, dont le chanoine, ont été victimes d'intimidation, de menaces et d'attaques.
    Le chanoine a donc pris une nouvelle fois la plume pour rendre hommage aux Kasaïens et raconter ces quelques mois pendant lesquels cette région jusqu'ici oubliée de la guerre, a été rattrapée par la fureur de la vie et de la mort. Il nous raconte, malgré les bruits et les fureurs, les petits héroïsmes ordinaires, les courages persévérants « parce qu'il le faut bien », les joies impromptues qui aident à faire un pas de plus alors qu'on aurait envie de tout arrêter.
    Cette histoire raconte un peu d'humanité, un peu de notre humanité à tous.

  • L'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse), fondée le 22 septembre 515, est le plus ancien monastère de l'Occident chrétien qui n'a jamais connu d'interruption. Ses 1500 ans de présence de prière sont fêtés par un Jubilé du 22 septembre 2014 au 22 septembre 2015.
    Ce monastère de Chanoines réguliers de Saint Augustin se veut l'humble gardien des reliques et du témoignage d'une troupe de soldats orientaux, commandée par l'officier Maurice et martyrisée pour sa foi chrétienne, dans ce lieu de la haute vallée du Rhône.
    D'abord porté par une forte tradition orale, ce martyre a été diffusé par des récits très anciens (notamment une Passion anonyme et la Passion d'Eucher, évêque de Lyon). Ce sont des extraits de ces récits, notamment les discours, qui peuvent être de bons supports de prière.
    Thèmes : la gestion d'une crise morale, la situation de minoritaires religieux, la non-violence, la suite du Christ, l'encouragement mutuel, le courage de la vérité, nos échelles de valeurs, le soin de l'innocence...

  • Bien des choses se sont compliquées dans le monde. Finie l'époque où dans le sillage de quelque campagne civilisatrice, on allait aux bouts de la terre fonder des paroisses chrétiennes, les doter d'écoles et de dispensaires pour répondre à la demande de Jésus d'évangéliser le monde entier.
    Partir dans un ailleurs lointain annoncer une bonne nouvelle n'a plus rien d'évident dans le monde d'aujourd'hui. La civilisation occidentale, avec quelques bonnes raisons, doute d'elle-même. Le christianisme aussi, paraît-il. Le Sud semble plus christianisé que le Nord. Les humanitaires, pour le meilleur et pour le pire, occupent le terrain carita- tif et peuvent laisser désoeuvrés les serviteurs du partage évangélique. De larges pans des anciennes terres chrétiennes embrassent un paganisme neuf et décomplexé qui tétanise les croyants...
    Alors la demande de Jésus de propager partout sa Bonne Nouvelle est-elle carrément obsolète?? Ou, et c'est plutôt cela, les chrétiens sont-ils peu inventifs??
    Ce livre veut explorer quelques routes et déroutes de la mission chrétienne actuelle. Les auteurs n'ont pas la prétention d'être de grands ophtalmologues. Ils veulent simplement ouvrir plus grands leurs propres yeux et inviter d'autres à le faire aussi.

empty