Charles-Ferdinand Ramuz

  • Écrit en 1934, Derborence est un roman célèbre de Ramuz, l'un de ses plus connus. Au-delà du récit d'un effonrement de montagne et de l'ensevelissement d'hommes et de bêtes, c'est une formidable histoire des relations homme-nature, et des forces violentes de vie et de mort. Avec Ramuz, le récit qui s'empare d'une situation réaliste se colore toujours de légendaire, dans des évocations puissantes. C'est une magnifique illustration de la fragilité de l'homme.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Le petit enfant, assis sur un carré de toile à matelas dans le pré, tend la main vers un cerisier qui est bien à quarante pas de lui.
    Ayant refermé sa main, il s'étonne qu'elle soit vide.
    Il nous faut apprendre le monde depuis son commencement. »

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ramuz La Grande Peur dans la montagne Sasseneire est un pâturage de haute montagne que les gens du village délaissent depuis vingt ans à cause d'une histoire pas très claire dont tremblent encore les vieux. Mais faut-il perdre tant de bonne herbe par crainte d'un prétendu mauvais sort, alors que la commune est pauvre ? Le clan des jeunes finit par l'emporter : en été, le troupeau monte à l'alpage, à 2 300 mètres d'altitude, sous la garde du maître fromager, son neveu, quatre hommes et un jeune garçon. Très vite le site, les propos du vieux Barthélemy créent un climat de crainte et de superstition. Puis la « maladie » ravage le bétail. Mis en quarantaine, les hommes de l'alpage sont prisonniers au pied du glacier menaçant. Tout alors bascule. C'est la grande peur dont Ramuz fait le récit dans cette forte et célèbre chronique montagnarde.

    Préface de Jacques Chessex

    Ajouter au panier
    En stock
  • Aline

    Charles-Ferdinand Ramuz

    « Elle était maigre et un peu pâle, étant à l'âge de dix-sept ans, où les belles couleurs passent, et elle avait des taches de rousseur sur le nez » : voici Aline, l'héroïne éponyme du premier roman de Ramuz. Tombée amoureuse de Julien Damon, fils de paysans riches, elle vit une véritable idylle, tandis que lui ne cherche qu'à apaiser sa faim. L'histoire débouche sur une fin tragique lorsqu'Aline, enceinte, apprend les fiançailles de Julien.
    Tournant le dos aussi bien au récit psychologique qu'aux modèles naturalistes, Ramuz décrit avec subtilité la passion et le revirement des coeurs. En écrivain débutant, il pose dans cette épure célèbre les jalons d'une forme de roman poétique, à laquelle il aspirera tout au long de sa carrière.

  • En 1900, Ramuz (1878-1947) a 22 ans et débarque à Paris, où il s'apprête à entamer des études en Sorbonne. Soixante ans plus tard, ce futur géant de la littérature se remémore son arrivée dans la capitale et ses premières impressions, avec une fraîcheur, une sensibilité et une précision intactes.
    Ces premières impressions parisiennes en rappellent d'autres, celles de Pierre Assouline, arrivé de Casablanca à Paris encore jeune lycéen, et pour l'occasion préfacier de Ramuz.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Juliette, 19 ans, débarque de Cuba au printemps dans une communauté vigneronne petite et étriquée, prise entre lac et vignes ; et la quittera secrètement en août pour une destination inconnue. Elle a beau être la nièce du cafetier Milliquet, Juliette restera une étrangère, foncièrement différente des villageois, principalement par sa beauté mystérieuse. Sa présence éphémère au sein des habitants va modifier fortement leur quotidien. Car elle possède une sorte de don, de pouvoir magnétique d'attraction.
    Mais Juliette, en toute innocence, va diviser le groupe jusqu'au drame. Ce texte lie les thèmes de la beauté, de la solitude et du désir sexuel pour dire l'imperfection du monde.

  • Dans ce « tableau » de 1919 que sont Les Signes parmi nous, Ramuz peint un orage d'été qui fait croire à la fin du monde. En prévision de cette apocalypse lémanique, Caille, le colporteur biblique, répand une parole défaitiste. Mais le dernier mot appartient au couple de jeunes amoureux qu'anime une confiance toute humaine. Écrit à la fin de la Première Guerre mondiale, tandis que la grippe espagnole ajoute ses calamités aux malheurs du conflit, ce roman virtuose célèbre l'éternel recommencement de la vie.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ramuz - voilà un cas. Qu'un écrivain de cette dimension puisse être aussi méconnu, cela dépasse l'entendement. En Suisse, son pays d'origine, il est un monument historique. En France, de son vivant, il fut presque célèbre, et souvent mal compris (auteur « rustique », « romancier de la montagne », etc.) ; depuis sa mort (1947), il est peu réédité, peu lu. Il y a des absences dont on se console. Mais connaître Ramuz, c'est vouloir aussitôt le faire connaître. La Pléiade publie donc ses vingt-deux romans. Ils mettent en scène des paysans, la nature y est omniprésente, ils ne sont pas écrits en français standard : voilà pour la surface des choses - c'est elle qui a pu faire taxer Ramuz de régionalisme. Mais creusons un peu. Ramuz traite la nature comme Cézanne ses paysages : il la réduit à ses lignes de force, le pittoresque n'est pas son affaire. Sa montagne n'est pas moins réinventée que les collines mississippiennes de Faulkner. Ses paysans, dépouillés, « élémentaires », et à vrai dire fantasmés, il fait d'eux l'équivalent des rois de Racine : des hommes en proie à la fatalité. Ses sujets - l'amour, la mort, la séparation des êtres - sont ceux des tragiques : aussi universels qu'intemporels. Quant à sa langue, pure création, constamment rythmée, elle repousse les bornes de la syntaxe et sert une narration qui conduit le roman aux limites du genre : il « doit être un poème ». Ramuz étonne. Conformistes s'abstenir. Mais ce n'est évidemment pas un hasard si des écrivains aussi différents (et le mot est faible) que Claudel et Céline l'ont aimé. Pour qui attend du roman autre chose que l'éternelle répétition de modèles et de discours convenus, il sera une découverte majeure.

  • Avec Taille de l'homme, Ramuz examine différentes formes d'organisations sociales pour souligner le caractère universel de la condition humaine, rendu plus évident à ses yeux par la mondialisation. Christianisme, bourgeoisie, communisme, matérialisme, autant de concepts que Ramuz déconstruit pour renouer, dans un mouvement néorousseauiste, avec une pensée proche de la nature, à taille humaine.
    « Qui sommes-nous encore dans notre taille, nous autres hommes ? Quelle est encore notre mesure, alors que l'univers est chaque jour et en tout sens plus minutieusement mesure´ ? »

  • A travers ce roman particulièrement éclairant sur la condition humaine, C. F. Ramuz s'attaque à l'idéologie communiste et ultralibérale qui dénigrent délibérément la nature de l'homme. Car que va-t-on faire de tous ces hommes disposant de nombreuses heures de temps libre ? Nous allons les cultiver et les distraire, répond le monde moderne. Mais il parle bien de cultiver l'homme, et non de l'homme qui se cultive par lui-même. Cette culture est donc passive et n'a rien de vécue. Elle passe à côté des grands questionnements essentiels. Selon Bastien Veuthey, l'oeuvre de Ramuz est un signal à cette humanité qui n'a jamais autant écrit, qui n'a jamais autant lu, qui n'a jamais été autant cultivée mais qui n'a jamais été si « fausse » Passage du Poète, un roman ambitieux qui unifie la poésie et le sens de la vie en donnant la parole à des gens simple dans un décor magnifique,comme si la beauté et la spiritualité était enfin réconciliée. Passage du Poète a fait l'objet de versions légèrement différentes. En 1929, il a paru sous le titre de Fête des Vignerons. Pour cette édition, nous avons opté pour la version de 1941 parue chez Mermod et revue par l'auteur, et repris les notes de Michel Dentan publiées dans la Bibliothèque romande.

  • Ramuz - voilà un cas. Qu'un écrivain de cette dimension puisse être aussi méconnu, cela dépasse l'entendement. En Suisse, son pays d'origine, il est un monument historique. En France, de son vivant, il fut presque célèbre, et souvent mal compris (auteur « rustique », « romancier de la montagne », etc.) ; depuis sa mort (1947), il est peu réédité, peu lu. Il y a des absences dont on se console. Mais connaître Ramuz, c'est vouloir aussitôt le faire connaître. La Pléiade publie donc ses vingt-deux romans. Ils mettent en scène des paysans, la nature y est omniprésente, ils ne sont pas écrits en français standard : voilà pour la surface des choses - c'est elle qui a pu faire taxer Ramuz de régionalisme. Mais creusons un peu. Ramuz traite la nature comme Cézanne ses paysages : il la réduit à ses lignes de force, le pittoresque n'est pas son affaire. Sa montagne n'est pas moins réinventée que les collines mississippiennes de Faulkner. Ses paysans, dépouillés, « élémentaires », et à vrai dire fantasmés, il fait d'eux l'équivalent des rois de Racine : des hommes en proie à la fatalité. Ses sujets - l'amour, la mort, la séparation des êtres - sont ceux des tragiques : aussi universels qu'intemporels. Quant à sa langue, pure création, constamment rythmée, elle repousse les bornes de la syntaxe et sert une narration qui conduit le roman aux limites du genre : il « doit être un poème ». Ramuz étonne. Conformistes s'abstenir. Mais ce n'est évidemment pas un hasard si des écrivains aussi différents (et le mot est faible) que Claudel et Céline l'ont aimé. Pour qui attend du roman autre chose que l'éternelle répétition de modèles et de discours convenus, il sera une découverte majeure.

  • L´histoire de Noé, je l´ai vue, j´ai vu Noé ivre de vin nouveau. L´inlassable pressoir n´arrête pas de faire entendre sa plainte au fond de mon souvenir, accompagnée du monotone crépitement du cran d´arrêt tombant entre les dents de la roue d´engrenage. La bougie brûle et vacille dans l´énorme chandelier de fer forgé et est-on ici au coeur de la Palestine ou sur les bords du Rhône tout près encore de sa source? mais considérez plu s loin vers le sud la mer où il va se jeter. C´est vers elle que s´écoulaient aussi le torrent d´Hébron, les fontaines de Samarie. Où sommes-nous? et en quel temps? j´ai connu tout petit garçon qu´il n´y avait pas de temps, que le temps était une maladie et qu´on ne guérissait que quand on s´était défait de lui.

  • Il n'y a peut-être pas de livre de Ramuz qui soit plus représentatif de son genre que la Vie de Samuel Belet. Dans le déroulement de cette existence qui, par le chemin des passions et de la violence, aboutit au renoncement joyeux et à la paix de l'âme, Ramuz semble avoir fait tenir toute sa riche expérience humaine. Ce petit paysan suisse que l'amour et l'ambition arrachent à son milieu et à sa patrie - pour qui le désespoir n'est pas la leçon de l'échec, non plus que l'envie ne peut être celle de la pauvreté -, qui croit envers et contre tout à l'amour, à l'amitié et à la pureté, nous enrichit d'une leçon qui est la leçon même de l'oeuvre de Ramuz.
    Ce livre a le rythme même de la vie qu'il conte - une vie simple et pleine, dont l'effort est la grande loi, mais qui accueille également la passion dont la fatalité est aussi une grande loi de la vie de l'homme. Les fautes de Samuel Belet sont, comme ses vertus, nées du plus profond de lui-même ; elles sont, les unes et les autres, son expression complète. De là, le merveilleux équilibre de l'un des récits les plus humains qui soit tombé de la plume de Ramuz

  • Nous avons lié connaissance devant les choses et par les choses. De nouveau, je ne me souviens plus du tout de ce qui fut l'objet de la conversation: ce dont je me souviens très bien par contre, c'est de cette parfaite entente préliminaire dont le pain et le vin d'ici furent l'occasion. J'ai pu voit tout de suite, par exemple, Strawinsky, que vous aimiez comme moi le pain quand il est bon, le vin quand il est bon, le vin et le pain ensemble, l'un pour l'autre, l'un par l'autre. Ici commence votre personne et du même coup commence votre art : c'est à dire vous tout entier; je me suis acheminé à cette connaissance dite intérieure, par le plus extérieur, le plus terrestre des chemins.

  • Laissons de côté toute prétention à une « littérature nationale » : c'est à la fois trop et pas assez prétendre. Trop, parce qu'il n'y a de littérature, dite nationale, que quand il y a une langue nationale et que nous n'avons pas de langue à nous ; pas assez, parce qu'il me semble que, ce par quoi nous prétendons alors nous distinguer, ce sont nos simples différences extérieures. On les a si souvent énumérées qu'il serait inutile d'y revenir ici. Qu'on oppose notre régime politique, notre religion ou notre morale à celui ou celles des pays voisins, ce ne voir toujours que l'objet « en soi ». Et notre chemin va dans l'autre sens.
    C.-F. Ramuz

    Ajouter au panier
    En stock
  • Réédition de deux textes de l'écrivain suisse français Charles-Ferdinand Ramuz inspirés par l'oeuvre de Paul Cézanne.
    A propos de l'artiste « solitaire malgré lui «, Ramuz exprime son admiration par des textes de correspondance poétique à l'écoute de la grande leçon de la nature. La relation entre l'ordre intellectuel et celui du sentiment à l'intérieur de l'oeuvre maitrisée par Cézanne fascine l'écrivain suisse qui aime la force intime et la sincérité touchante de Cézanne. La prose poétique de Ramuz accompagne l'exemple de l'artiste précurseur à la conquête de la simplicité.
    Pour la première fois l'édition est illustrée par un choix de dessins et d'aquarelles de Cézanne. L'introduction aux textes de Ramuz est confiée à Daniel Maggetti de l'Université de Lausanne, responsable de l'édition critique de Ramuz parue chez Payot.

  • "Besoin de grandeur" constitue une synthèse de plusieurs livres parus dans l'entre deux guerres avec des titres significatifs. "Taille de L'homme", "La Main", "Remarques", "Questions". Avec un sens du réalisme qui lui est propre C.F. Ramuz analyse comment l'Histoire et la Géographie ont forgé notre destin. Un petit pays qui a la sagesse de ne pas vouloir jouer dans la cour des Grands car il a dû pour survivre développer le sens de la mesure et des particularismes. "Besoin de grandeur" est un livre où les questions existentielles sont savamment posées. La réponse n'est pas une nécessité mais une approche de la vérité qui se profile dans le futur.

  • Je suis né en 1878, mais ne le dites pas.
    Je suis né Suisse, mais ne le dites pas. Dites que je suis né dans le Pays-de-Vaud, qui est un vieux pays Savoyard, c'est-à-dire de langue d'oc, c'est-à-dire français et des Bords du Rhône, non loin de sa source. Je suis licencié-ès-lettres classiques, ne le dites pas. Dites que je me suis appliqué à ne pas être licencié-ès-lettres classiques, ce que je ne suis pas au fond, mais bien un petit-fils de vignerons et de paysans que j'aurais voulu exprimer.
    Mais exprimer, c'est agrandir. Mon vrai besoin, c'est d'agrandir...

  • Ajouter au panier
    En stock
  • Un soldat revient de guerre, et se distrait en jouant du violon. Lorsqu´il rencontre le Diable dans la personne d´un vieillard, sa destinée bascule. Que choisir: la richesse, l´âme, le pouvoir, l´art? Son violon devient un symbole de l´âme et une monnaie d´échange pour accéder à la richesse ou encore à l´amour, quand la princesse tombe malade et que le roi la promet en mariage à celui qui saura la guérir.Après de multiples rencontres avec le Diable, le soldat saura-t-il résister au désir de liberté et d´inconnu et se garder de tomber du côté des ténèbres ? Cette histoire emprunte au mythe de Faust où, comme dans la légende d´Orphée, la musique a droit de vie ou de mort.L´Histoire du soldat, issue d´un conte populaire russe, est publiée à l´occasion du centenaire de l´oeuvre écrite par Ramuz et mise en musique par Stravinsky.Cet ouvrage comprend une seconde partie composée d´un appareil critique écrit par Georges Schürch, Alain Rochat et Philippe Girard.

  • « Comme il avait été convenu qu'il irait, ce dimanche-là, voir sa chèvre à Sassenaire, Jean-Luc Robille, après avoir mangé, pris son chapeau et son bâton. »

empty