Cornelius

  • Francis en vacances

    ,

    Longtemps attendu et réclamé par les fans, le huitième tome des aventures de Francis, le blaireau farceur, arrive enfin! Mais pour ceux qui n'auraient pas encore la chance de le connaître, qui est cet animal et à quoi occupe-t-il son existence champêtre?
    Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Parfois cherchant l'amour. Parfois sauvant le monde. De temps à autre, il veut mourir. Souvent, il rate sa vie où attrape des maladies. Ses différentes tribulations sont toutes réunies dans cette série instructive, qui a vu ses adeptes se multiplier comme des hamsters. Aujourd'hui, Francis revient et il a décidé de s'accorder des vacances bien méritées...
    Déjà un classique, l'animal est né dans les pages de l'obscure Sbrödf Review. Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Rassemblant aujourd'hui une véritable communauté de lecteurs qui suivent avec délectations toutes ses cocasses mésaventures (aussi bien entre les pages de Fluide Glaciale que dans les albums publiés chez Cornélius) Francis est devenu un personnage inévitable des campagnes françaises, bondissant depuis plus de 20 ans à travers champs alors que ces auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux...
    Dans ce nouvel opus, Francis a décidé de prendre du bon temps et de se dorer un peu la pilule, mais rien n'est simple avec Francis et ce qui devait être un moment de détente risque fortement de tourner au carnage....

  • Depuis le premier tome des aventures de Francis, les adeptes du Blaireau Farceur se sont multipliés comme des hamsters.

    Dans ce troisième opus, notre ami est de retour dans la campagne, mais en chasse, cette fois. Une quête ingrate et passionnée.

    Et toujours une nouvelle édition considérablement augmentée.

  • Après avoir été malade, raté sa vie, sauvé le monde et cherché l'amour, Francis revient pour affronter une nouvelle épreuve : la paternité !

    Longtemps attendu et réclamé par les fans, le tome 7 des aventures de Francis, le blaireau farceur, arrive enfin ! Mais pour ceux qui n'auraient pas encore la chance de le connaître, qui est cet animal et à quoi occupe-t-il son existence champêtre ?
    Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Parfois cherchant l'amour. Parfois sauvant le monde. De temps à autre, il veut mourir. Souvent, il rate sa vie où attrape des maladies. Ses différentes tribu- lations sont toutes réunies dans cette série instructive, qui a vu ses adeptes se multi- plier comme des hamsters. Aujourd'hui, Francis revient pour affronter une nouvelle facette de son existence : la paternité.
    Déjà un classique, l'animal est né dans les pages de l'obscure Sbrödj Review.
    Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Rassemblant aujourd'hui une véritable communauté de lecteurs qui suivent avec délectations toutes ses cocasses mésaventures (aussi bien entre les pages de Fluide Glacial que dans les albums publiés chez Cornélius) Francis est de- venu un personnage inévitable des campagnes françaises, bondissant depuis plus de 20 ans à travers champs alors que ses auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux...

  • Une ode à la nature : Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Les conséquences de cet acte inconsidéré sont toutes présentes dans ce livre instructif. Déjà un classique, l'animal est né dans les pages de l'obscure Sbrödj Review. Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Dix ans plus tard, le succès est immédiat : les adeptes de Francis se sont multipliés comme des hamsters. Et les auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux...

    Dans ce cinquième volume de ses aventures, Francis, fidèle à sa légende, s'obstine à rater sa vie, et dans les grandes largeurs, de quarante façons différentes...

  • Une véritable ode à la nature : Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, vit la nuit et se promène dans la campagne dans la journée.

    Les conséquences de cet acte inconsidéré sont toutes présentes dans ce livre instructif.

    Nouvelle édition considérablement augmentée.

  • Les auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux : poussé à bout, éreinté par les multiples péripéties de son destin farceur, Francis le Blaireau a décidé de se suicider.
    On lira ses difficultés à y parvenir et à mener une vie normale ensuite.
    Encore une nouvelle édition considérablement augmentée.

  • Parce qu'il est plus que temps, Francis Blaireau Farceur s'efforce, dans ce nouvel opus de ses aventures, d'améliorer par tous les moyens qui se présentent le climat géopolitique de la planète ; et ce, même au détriment de sa vie privée et de son entourage.

    Mais Francis a le sens du sacrifice. Avec ce recueil tant attendu des nouvelles aventures du blaireau préféré des petits et des grands, vaccinez-vous tant qu'il en est encore temps contre l'épidémie de politiquement correct ambiant.

  • Faits divers

    Anouk Ricard

    On imagine volontiers Anouk Ricard s'attabler chaque matin au bistro du coin, pour y dépouiller les Dernières Nouvelles d'Alsace ou La Provence, et traquer, à travers la presse quotidienne régionale, le crime crétin et le drame dérisoire.
    Sa fantaisie se met alors au travail. Elle fait dérailler l'anecdote, l'envoie brinqueballer sur les chemins de traverse de la réalité, à la rencontre d'une conclusion, lamentable et loufoque dans sa logique même. Ces histoires courtes retrouvent l'humour anarchiste des récits en trois lignes de Félix Fénéon ou des détournements de Gabriel de Lautrec, basés eux aussi sur les faits divers.
    La ménagerie de l'artiste peut sembler enfantine. Méfiez-vous des apparences. Le canard bleu, le cheval jaune ou le chien myope renvoient l'image d'une humanité mesquine, ridicule et pas au mieux de sa forme. Aussi empotés que décalés, les personnages de Faits divers prouvent de façon hilarante que le crime ne paie pas, du moins s'il est commis par des imbéciles.

  • Faits divers 2

    Anouk Ricard

    On imagine volontiers Anouk Ricard s'attabler chaque matin au bistro du coin, pour y dépouiller les Dernières Nouvelles d'Alsace ou La Provence, et traquer, à travers la presse quotidienne régionale, le crime crétin et le drame dérisoire.

    Sa fantaisie se met alors au travail. Elle fait dérailler l'anecdote, l'envoie brinqueballer sur les chemins de traverse de la réalité, à la rencontre d'une conclusion, lamentable et loufoque dans sa logique même. Ces his- toires courtes retrouvent l'humour anarchiste des récits en trois lignes de Félix Fénéon ou des détournements de Gabriel de Lautrec, basés eux aussi sur les faits divers.

    La ménagerie de l'artiste peut sembler enfantine.
    Méfiez-vous des apparences. Le canard bleu, le cheval jaune ou le chien myope renvoient l'image d'une huma- nité mesquine, ridicule et pas au mieux de sa forme. Aussi empotés que décalés, les personnages de Faits divers 2 prouvent de façon hilarante que le crime ne paie pas, du moins s'il est commis par des imbéciles.

    Dans ce deuxième tome, toujours aussi haut en cou- leur, Anouk Ricard s'est remise à table pour nous rassa- sier en anecdotes croustillantes d'ordinaire.

  • Cinq ans durant, l'ami des bêtes et mampion de karting Pierre La Police a donné des dessins d'humour au magazine 50 Foot. Se basant sur les travaux de généticiens, paleonutritionnistes, géologues racistes et mimistes mexicains, ils offrent du football une image bien balancée : il y a des avantages et des inconvénients.
    A l'occasion de l'Euro 2012, les éditions Cornélius en publient opportunément une compilation qui ravira aussi bien le néophyte, pour qui la formule « dribble bordel» est aussi obscure qu'un almanam des marées en araméen, ou l'aficionado qui démiffre couramment le Ribéry.
    Ils y trouveront tout ce qu'ils doivent savoir sur la cuisse de Ronaldhino, la casquette de Pirès, ou, Dieu leur pardonne, le sperme de Cantona. Pierre La Police n'évite pas les questions qui fôment, violence, dopage, racisme ou cruauté envers les canaris, et leur apporte une réponse définitive: c'est malheureux mais c'est comme ça.
    Encore une fois Cornélius met au fond du filet ! Goal ! Goal !

  • Parfois, le monde qui nous entoure semble insensé, déraisonnable voir irrationnel. Ce sentiment apparaît comme le symptôme chronique d'une société désabu- sée, cherchant à combler par tous les moyens l'absence de but dans son existence.
    En partant de ce constat terrible, qui ronge autant le cerveau des philosophes que celui des témoins de Jého- vas, Olivier Texier s'est attelé à la lourde tache de nous offrir une solution : puisque que l'évidence n'existe pas, le non-sens serait-il la réponse ultime ?
    De ce postulat simple mais formidablement efficace, Texier construit un monde où règne en couple souve- rain l'absurde et la contradiction. Un royaume improbable où les banques se cambriolent à coups de bisous et les sirènes se perdent dans les toilettes. Il arrive également que tout le monde s'appelle Jean-Luc mais ça, on ne peut vraiment rien y faire...
    Pourtant, au milieu de cet océan saugrenu, certains sujets tels que la solitude, la détresse sociale ou le déni refont surface et nous amènent à penser que ce royaume n'est peut être pas si étranger au notre. De ces courtes tranches d'humour noir efficaces surgit le rire, comme un dernier rempart avant le désespoir.
    Magnifiant le vide existentiel grâce à son trait fougueux et ses idées fertiles, Olivier Texier nous offre avec Le Royaume du vide un petit bijoux de sarcasme qui ne s'es- souffle jamais. Après tout, si le monde est déraisonnable pourquoi ne pas s'en moquer ?

  • Les hommes, dit-on, aiment à se vanter de leurs prouesses amoureuses, fournissant ainsi une matière iné- puisable aux brèves de comptoir et autres histoires de vestiaire. Mais que se passe-t-il en réalité, quand ça se passe mal ? Drague lourde, panne, maladresse, râteau, incompatibilité d'humeur, fiasco et embarras en tout genre, tout ce dont on ne parle jamais par crainte du ridicule. Ratages de couples ou de rencontres, la panade n'a pas de fin.
    Avec humour et précision, Cul nul total enchaîne sans faiblir les scènes d'une comédie dans et autour de nos lits. Véritables contes modernes du sexe ordinaire, ces histoires d'échec et de déconfiture reflètent la frustra- tion d'une époque où l'épanouissement sexuel fait parti intégrante de la réussite sociale. Pourtant, malgré l'abon- dance de conseils délivrés par une foule de spécialistes (de la presse féminine aux sexologues aguerris), force est de constater que la jouissance est une quête semée d'em- bûches. Et si finalement, le « cul nul » n'était qu'un passage inéluctable de cette recherche du bonheur parfait ?
    À travers cette collecte d'histoires vécues, les autrices livrent une chronique sans concession de la vie sexuelle des français, qui nous débarrasse définitivement de l'em- barras. N'ayez plus honte, vos voisins sont pires que vous, ou en tout cas pas meilleurs. Fanny Dalle-Rive et Anne Baraou ont enquêté pour notre plus grand plaisir, celui d'en rire.

  • Depuis quinze ans, Pierre La Police donne des chroniques au magazine So Foot, la seule revue à avoir résussi la jonction entre humour et football. Se basant sur les travaux de généticiens, paléonutritionnistes, ingénieurs des pieds et chimistes mexicains, ces bil- lets offrent du football une image bien balancée : il y a des avantages et des inconvé- nients.
    À l'occasion de le Coupe du Monde 2018, les éditions Cornélius en publient opportu- nément une compilation qui ravira aussi bien le néophyte, pour qui la formule « dribble bordel ! » est aussi obscure qu'un almanach des marées en araméen, ou l'aficionado qui déchiffre couramment le Ribéry.
    Ils y trouveront tout ce qu'ils doivent savoir sur les microbes dans les maillots de foot, le match Boston/Picardie ou encore, la violence dans les stades. Pierre La Police n'évite pas les questions qui fâchent : règles, dopage, racisme ou cruauté envers les aquario- philes, et leur apporte une réponse définitive : c'est malheureux mais c'est comme ça.

  • Barthélemy

    Simon Roussin

    M. Barthélemy se meurt. M. Barthélemy est mort. Mais non. Encore raté. M. Barthélemy ne meurt jamais. À chaque fois, il revient à la vie sous la forme d'un petit garçon. Et tout recommence.
    L'enfant a vu construire les pyramides, combattu avec le Roi Arthur et voyagé avec Hemingway. Le souvenir de ses vies multiples lui pèse. Et puis, combien de bougies mettre sur son gâteau d'anniversaire ?
    Avec le fidèle Baptiste, un domestique qu'il aime comme un fils et qui le traite comme un père, et le mystérieux Auguste Salomon, un aventurier légendaire qui erre à travers les siècles, l'enfant sans âge se lance dans une quête ultime : comment mourir pour de vrai ?
    Entre feuilleton d'aventure et conte fantastique, ce récit à la simplicité trompeuse joue avec les ellipses, les ruptures de ton et applique les codes de la bande dessinée classique à une méditation mélancolique sur la destinée humaine. « La désespérance », écrit Kierkegaard, « c'est le manque du dernier espoir, le manque de la mort. »

  • Comment devient-on écrivain ? Le croirez-vous mais tout est là, à portée de main, devant vous, exposé dans les pages de ce livre à votre attention.
    Plongez dans le quotidien d'un créateur, véritable pétrisseur de matière littéraire, capable de donner vie à une oeuvre à la fois singulière et universelle. Dans un portrait sans fard ni concession, s'approchant au plus près des préoccupations du métier, Kierzkowski et Ephrem dévoilent ici pour la première fois dans toute sa complexité la réalité du travail d'auteur. Déjà unanimement considéré par la critique parisienne comme un ouvrage de référence, En route pour le Goncourt est au futur écrivain ce que fut autrefois le J'attends un enfant de Laurence Pernoud aux futurs parents ; le Guide du Routard de l'Ardèche aux vacanciers ayant réservé au camping de Vals-les-Bains la première quinzaine d'août ; ou encore Maman, j'arrive à dessiner avec les pieds et la bouche aux jeunes accidentés de la route.

  • Un dessin répété plus de 150 fois suffit à Lewis Trondheim pour transcrire avec brio les vaines conversations qui font l'intérêt d'une vie de couple ordinaire. Un petit traité métaphysique abordable dès l'adolescence, proposé ici dans une nouvelle édition sur papier bouffant et dans un format grand luxe qui conviendra à toutes les bibliothèques.

  • Troisième rencontre entre Philippe Petit-Roulet et les éditions Cornélius, Spots rassemble des dessins publiés dans le New Yorker, magazine pour lequel il commence à travailler en 1992, suivant les traces de son « maître absolu », Saul Steinberg.
    Avec ses histoires courtes et sans paroles, qui évoquent parfois James Thurber ou Chas Addams, Petit-Roulet nous emmène dans son univers décalé, absurde et tendre.
    Derrière la simplicité apparente, se cachent une grande finesse et une inquiétude certaine.
    Il y suffit d'un miroir, une ombre ou une porte pour révéler ce qui est caché.
    Son dessin exigeant, dans la lignée d'un Chaval, Bosc ou Sempé, est un miracle de dépouillement et d'équilibre. Funambule sur le fil du rasoir, en quête du trait le plus simple et le plus efficace, Petit-Roulet glisse entre le noir et le blanc, et apprivoise le vide.
    Rien d'étonnant à ce que cet artiste amoureux du Japon, éternel insatisfait, aime Hokusaï qui, au soir de sa vie, cherchait encore le dessin parfait.

  • Kangourou !

    J.-L. Capron

    À partir du squelette d'un chien de prairie et des restes d'un humoriste à la mode, l'auteur ressuscite une sorte de kangourou dans l'espoir de divertir son lecteur. Mais lorsque la créature refuse d'obéir à son maître et part à la recherche d'un rôle qui conviendrait mieux à ses ambitions, c'est le 9éme Art dans son entier qui vacille sur ses bases...

empty