à quoi pensent les saumons ?

À propos

Après Un jeune homme si tranquille, roman poignant sur la nature de l'amitié, ce nouveau roman d'Yves Viollier dit tant la force de l'amour que la puissance de l'engagement d'un jeune héros ordinaire.
C'est un voyage particulier. Un retour pour Simon à Mauthausen, lui qui s'est tu pendant soixante-cinq ans. Qui n'a jamais voulu se considérer comme un héros, qui s'est tourné au retour du camp vers la vie, vers Claude, son amoureuse depuis l'enfance. Les démons il y a peu sont venus habiter ses nuits. Signe qu'il lui fallait enfin retourner à Mauthausen, alors que le temps de vivre s'amenuise. Ce séjour de Simon et Claude va durer deux jours et trois nuits, éclairé par les petits gestes, les attentions, l'amour si bouleversant quand il est au long cours. Et si sous le manteau de neige immaculé reposent les souffrances indicibles, ce qui scintille pour toujours dans sa mémoire, ce sont les lueurs d'humanité.

" À quoi pensent les saumons quand ils ont franchi tous les obstacles et qu'ils retrouvent l'endroit où ils sont nés ?
Ils pensent qu'ils ont fait tout ça pour ça. Ils pensent qu'ils vont pondre leurs oeufs.
Elle acquiesce, sourit, tend le bras et me tire de mon encoignure pour me rapprocher d'elle.
Je me laisse glisser sur le siège, m'appuie contre son épaule.
Ils pensent qu'après ils vont pouvoir mourir tranquilles. "


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Yves Viollier

  • Éditeur

    PRESSES DE LA CITE

  • Distributeur

    INTERFORUM

  • Date de parution

    28/09/2023

  • EAN

    9782258206892

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    272 Pages

  • Longueur

    21.2 cm

  • Largeur

    13.8 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    278 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Yves Viollier

Yves Viollier est né en 1946 en Vendée. Enseignant, critique littéraire à La Vie, il a écrit quelques romans chez Flammarion avant de rencontrer Jacques Peuchmaurd qui décide de publier " Jeanne la Polonaise ", chez Robert Laffont, en 1987. C'est ainsi qu'il fait son entrée dans l'École de Brive. Très vite il devient le " Vendéen de l'École de Brive " et l'une de ses plus sûres illustrations.

empty